Recettes de mélanie
- 261 v. -

Apprenez à démouler un gâteau, sans casse, à coup sûr!

Pour faire un bon gâteau, il faut le savoir, mais aussi les ustensiles adéquats. Parmi les plus indispensables, il y a le moule à gâteau. Celui-ci est le support qui vous permet de cuisiner cette pâtisserie. Il est donc impossible de le faire sans ce dernier. Cependant, il faut aussi savoir qu’il y a plusieurs qualités sur le marché. Certains ne vous permettent pas de bien démouler votre gâteau alors que d’autres si. D’où l’importance d’avoir besoin de toujours bien faire votre choix afin de cuisiner un gâteau parfait pour vos proches ou vos collègues et quelle que soit la situation.

Les divers types de moules à votre disposition

Pour cuisiner votre gâteau, vous aurez à votre disposition divers types de moules qui se différencient selon la matière avec laquelle ils ont été conçus.

· Le moule en silicone

Le moule en silicone est l’un des instruments les plus efficaces afin de démouler un gâteau. Grâce à son anti-adhérence, ce travail est facilité au plus haut point. De plus, du point de vue de la cuisson, il assure une bonne circulation de la chaleur pour un résultat idéal.

· Le moule en verre

Le moule en verre est de plus en plus apprécié par les pâtissiers. Il offre une bonne répartition de la chaleur et de plus, c’est un matériau très hygiénique. En effet, c’est un élément important dans ce cas précis.

· Le moule en acier

Le moule en acier est tout simplement le plus utilisé et le plus apprécié sur le marché. L’un de ses plus gros avantages est qu’il est anti-adhérent.

Comment démouler un gâteau efficacement ?

Pour démouler efficacement un gâteau, il existe certaines astuces. Une des astuces consiste à étaler du beurre et une petite couche de farine dans le moule a gateau avant de le mettre au four. Dans un second cas, vous pouvez aussi le mettre directement dans le réfrigérateur après cuisson afin de créer un choc thermique. Dans tous les cas, vous serez en mesure de démouler votre gâteau efficacement.

Bavardez à propos de cette chronique.